Sonné mais jamais KO!

LORSQU’IL NOUS ACCUEILLE DANS SON ATELIER, SAMUEL HÉLIAS SORT À PEINE DE L’HÔPITAL OÙ IL VIENT D’ÊTRE OPÉRÉ, UN ACCIDENT... UN CISEAU À BOIS S’EST FICHÉ DANS LA PAUME DE SA MAIN APRÈS AVOIR DÉRAPÉ ! FACE À L’ADVERSITÉ, LE JEUNE ÉBÉNISTE ACCUSE LE COUP. RÉSIGNÉ... PAS L’ESPACE D’UN INSTANT, TOUJOURS VOLONTAIRE, PRÊT À REPARTIR AU PLUS VITE AU COMBAT !

Samuel Hélias, artisan ébéniste

“Ce sont les risques du métier”, dit-il avec lucidité et un brin de fatalisme. Il faut dire qu’en matière de risques professionnels, Samuel Hélias sait de quoi il parle, lui, dont un incendie a totalement détruit l’atelier en novembre 2018. L’adversité, il connaît, donc ! “Mieux vaut être bien assuré dans ces cas-là…” À terre, le jeune ébéniste ne lâche pourtant rien. Boosté par un élan de solidarité par ses proches, il relance son activité en 2019 au sein d’un atelier qu’il partage aujourd’hui avec d’autres ébénistes. “Ce que j’aime avant tout dans mon métier d’ébéniste, c’est la conception”. D’abord au crayon, à la main, puis en 3D informatique, Samuel Hélias se plaît ainsi à imaginer puis fabriquer du mobilier sur-mesure : concept de lits superposés pour les enfants en contre-plaqué bouleau, meuble sonothèque avec intégration des équipements techniques, accueil d’hôtel


new-yorkais et jusqu’à l’agencement de bureaux de notre cabinet (un vrai show-room que nos clients adorent !) ...du pur design ! Des meubles et objets en bois, de préférence massif et de pays (chêne, frêne, hêtre, cerisier, noyer…) dans une logique d’éco-design qui lui tient à cœur. “Mais il m’arrive aussi de travailler des bois d’ailleurs comme l’ébène de Macassar ou encore l’érable sycomore.” À l’image d’un échiquier en noyer et érable qu’il a réalisé sur-mesure en bois de bout. “Je cherche à la fois la simplicité et les lignes parfaites.” Inspiré par la pureté et la force des lignes du bois, Samuel Hélias s’applique à créer des raccords de veinage sur certains meubles, ou des plateaux de chambre en bois brûlé pour un hôtel. Il a d’ailleurs gardé quelques panneaux de bois retrouvés dans les décombres de son ancien atelier. Voilà sans doute matière à faire un beau pied de nez au destin!